Retour des touristes chinois à Paris : comment les rassurer?

Retour des touristes chinois à Paris : comment les rassurer?

60% des Chinois envisagent un séjour à Paris au cours des six prochains mois, selon le baromètre « Intentions de voyage » lancé par l’Office du tourisme de Paris et Atout France. Une nouvelle réjouissante pour le secteur touristique parisien…à condition de s’adapter aux nouvelles habitudes de voyage. Quelles sont donc les nouvelles attentes des clients chinois  ? Comment orchestrent-ils leurs vacances et comment les accompagner ?

Le 1er juillet les pays membres de l’espace Schengen devaient rouvrir leurs frontières extérieures à la Chine, à condition que cette dernière accepte les ressortissants européens sur son territoire. Ces négociations, encore brumeuses, offrent l’occasion de s’interroger sur les nouveaux besoins des touristes chinois, qui, loin des cars et des visites guidées, souhaitent désormais s’émanciper du tourisme de masse.

 

Qui sont les nouveaux touristes chinois ?

Selon Bernadette Dortu, spécialiste des clientèles touristiques chinoises et associée-fondatrice de l’agence Maxity, une nouvelle clientèle émerge, plus exigeante, jeune et fortunée. Ces derniers s’émancipent ainsi du tourisme de masse et des agences de voyage grâce à une autonomie linguistique acquise par leurs études. Leurs attentes diffèrent donc clairement de celles de leur aînés et évoluent vers des séjours personnalisés, sur-mesure mais en toute autonomie.

 

Quête d’autonomie et de réassurance

Si ces nouveaux touristes sont plus indépendants et se frottent à l’autonomie, ils ont encore besoin (et peut-être encore plus qu’avant) d’être accompagnés, conseillés, rassurés. D’autant que le confort reste une priorité pour eux. La clé sera donc de les accompagner avant et pendant leur séjour grâce à une présence sur des plateformes en ligne telles que Ctrip mais aussi des traductions systématiques et des contenus explicatifs ou préventifs. Ce qui, selon l’agence Maxity, est encore trop rare.

En quête d’authenticité et de découvertes historiques, les nouveaux touristes chinois  souhaitent pourtant réellement voyager dans les villes et villages régionaux français et cela sans pour autant être accompagnés. Ce qui relève encore du défi selon l’agence Maxity. Non seulement parce que le principal moyen de paiement des Chinois, Alipay, est encore trop peu proposé par les Français mais aussi car les applications ou les contenus traduits en chinois, nécessaires pour être guidé sans guide, sont encore trop peu nombreux.

« La France fait preuve d’un manque d’altérité à l’égard de la clientèle chinoise » regrette Bernadette Dortu. A l’inverse de pays comme la Serbie ou le Maroc qui sont  non seulement parvenus à s’ajuster aux besoins des Chinois, en proposant des services adaptés à leur culture (petit-déjeuner salé, bouilloire dans les chambres, menus traduits) mais également à le faire savoir.

A quelques semaines du retour des touristes chinois, de réels efforts de communication et d’adaptation sont à produire. Savoir être au plus près d’eux, trouver les bons contenus à diffuser sur les bons réseaux pourraient être la clé d’un regain de touristes fortunés.

 

Suite à la crise du COVID, savoir rassurer

Les touristes chinois exige de la part de son pays d’accueil une sécurité sanitaire irréprochable. Pour pallier l’image négative des Chinois sur la gestion européenne de la crise du Covid 19, il est non seulement nécessaire que les établissements touristiques redoublent d’efforts pour assurer cette sécurité sanitaire, mais surtout qu’ils le fasse savoir. Le protocole sanitaire du secteur HCR a d’ailleurs été renforcé et plusieurs labels ont vu le jour afin de rassurer les clients. Encore faut-il que les Chinois aient connaissance de ces engagements…

Partager